Derniers articles

L’université de Toulouse du crépuscule à l’aube

Ce matin, les conseils de l’Université Toulouse III-Paul Sabatier ont voté de manière claire et massive (66 pour, 6 contre, 6 abstentions)  le soutien au protocole d’accord élaboré suite à un travail de concertation de plusieurs mois, comme l’ont déjà fait l’université Toulouse II-Le Mirail, l’Institut National Polytechnique de Toulouse, l’INSA de Toulouse, l’ISAE. Nous revenons de loin. Il y a quelques mois, c’était la crise au sein des universités et établissements de Midi-Pyrénées qui se retrouvaient engagés dans un processus contesté. Aujourd’hui l’unité, la sérénité et la confiance sont de retour. Pour reprendre la belle expression de Robert Carles, membre du CA, nous sommes passés du crépuscule à l’aube.

Il reste beaucoup de travail pour construire l’Université de Toulouse fédérale, collégiale et démocratique qui nous aidera à porter nos ambitions scientifiques et pédagogiques : nous n’en sommes qu’à l’aube. La porte reste ouverte à tous ceux qui veulent participer à ce travail collectif.  Une belle route est tracée, qui permettra aux talents qui composent nos universités de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Emplois d’avenir professeurs : vers le redressement éducatif et scientifique

Depuis plusieurs années, l’idée de mettre en place des contrats pour des étudiants s’engageant vers les métiers de l’enseignement a acquis un soutien très large. Son introduction dans le projet des socialistes et du candidat François Hollande fut accueillie avec enthousiasme. Aujourd’hui, l’idée est en passe de devenir réalité renforcera la qualité de l’enseignement, mais également le développement scientifique.

 

Le premier enjeu de ces emplois d’avenir professeurs est d’attirer des jeunes vers les métiers de l’enseignement, et de créer un ascenseur social. La situation actuelle est dramatique. La droite a détruit la formation pédagogique des enseignants (un des chantiers de Vincent Peillon et Geneviève Fioraso est de réformer la formation des maîtres), rendant les conditions d’exercice du métier d’enseignant plus difficile encore. Et en mettant en place la « mastérisation », la durée d’études sans salaires s’est encore accrue, ce qui constitue un frein supplémentaire pour les étudiants de milieux défavorisés. Les emplois d’avenir renverseront la donne : en permettant aux étudiants boursiers d’avoir un complément de revenus, ils auront un effet attractif, permettront à des étudiants dont le niveau leur permet d’envisager de devenir professeurs d’accéder à leur ambition sans frein financier.

Le second enjeu est de pointer les disciplines dans lesquelles il y a une forte désaffection. C’est particulièrement le cas dans les sciences fondamentales, où le nombre de candidats est aujourd’hui extrêmement faible. Si nous voulons avoir demain de bons enseignants devant nos enfants, il faut dès aujourd’hui s’attaquer à ce fléau. Les emplois d’avenir professeurs sont un outil très attendu pour redonner de l’attractivité à ces filières délaissées.

 

Le gouvernement a fait sa part du travail en créant les emplois d’avenir professeurs, il revient maintenant aux universités de s’en saisir pour mettre en oeuvre le redressement éducatif et scientifique.

Abrogation de la circulaire Guéant : le 31 mai 2012 efface celui de 2011

Aujourd’hui 31 mai 2012, les ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche, de l’intérieur et du travail ont décidé l’abrogation de la circulaire Guéant relative aux étudiants étrangers, conformément à leurs engagements.
En tant que Président de l’Université Toulouse III-Paul Sabatier, je salue cette décision. Depuis ma prise de fonction le 9 mai 2012, j’ai aidé, grâce aux services administratifs identifiant la situation dramatique de plusieurs de nos étudiants, à leur maintien sur le territoire  alors qu’ils devaient le quitter en pleine période d’examens. Les conséquences de la logique de la circulaire Guéant sont désastreuses et son abrogation était attendue avec impatience.

Je demeure convaincu que les étudiants étrangers sont une richesse intellectuelle et culturelle pour l’Université Toulouse III-Paul Sabatier, leur accueil digne est une priorité.

Communiqué de l’université Paul Sabatier – 9 mai 2012

Suite aux élections dans les conseils centraux des 26 et 27 mars, le Conseil d’Administration de l’université Paul Sabatier s’est réuni ce matin pour procéder à l’élection du Président de l’université. Par 17 voix sur 17, Bertrand Monthubert a été élu Président de l’université Paul Sabatier. Il prend ses fonctions ce jour-même.

Bertrand Monthubert a prononcé une allocution pour présenter sa candidature. Il a en particulier abordé la place de l’Université dans la Société, les missions du service public d’enseignement supérieur et de recherche, les valeurs fondatrices du fonctionnement universitaire comme la collégialité et la démocratie, la place des étudiants au coeur de l’université. Puis il a dressé les perspectives : celle d’une université donnant le meilleur d’elle-même, liée aux autres établissements d’enseignement supérieur de Midi-Pyrénées dans la perspective d’une université de Toulouse, sous la condition d’une réorientation du projet IDEX. Une université de Toulouse non pas en concurrence mais en interaction avec l’Europe, avec le monde, à la hauteur de notre place de capitale européenne scientifique.

Il a présenté ses valeurs pour l’université Paul Sabatier, mettant les étudiants et le savoir au centre du projet. Présider une université ne peut se résumer à la gérer, il faut proposer un cap et rassembler, porter l’université au niveau national et international. Alors que nous vivons une situation paradoxale qui voit les universités délaissées, il a fait l’éloge des talents qui composent l’université et porté l’ambition que chacun, qu’il soit étudiant ou personnel, soit traité avec dignité, humanité, et puisse être fier de participer à la vie de notre université.

Enfin, il a présenté sa vision d’une université en cohérence avec les savoirs qu’elle crée et transmet, qui valorise en permanence les travaux de ses chercheurs, qui diffuse les savoirs au-delà des campus, contribuant ainsi au développement scientifique de notre pays. L’université Paul Sabatier doit être toujours ouverte sur la cité, sur la société, sur le monde économique.

Nouvelle mise en forme de ce blog

Ce blog est actif depuis 2009, sans changement d’aspect et il commençait à prendre des rides… Près de 3 ans c’est très vieux pour internet ! voici donc une nouvelle version, lancée ce jour et adaptée à mes nouvelles fonctions de président de l’université Paul Sabatier. Merci à tous ceux qui suivent mes billets, et bonne lecture !

La France au piège de l’extrême droite

Libération publie une tribune initiée par le groupe  » Université Universelle « 

Le changement, c’est aussi dans la Science

Par Bertrand Monthubert

La valse des nominations continue

 

lire la suite

Site de campagne à l’université Paul Sabatier

[Redirection] Pourquoi je me présente à la présidence de l’université Paul Sabatier

Depuis que l’annonce de ma candidature à la présidence de l’université Paul Sabatier est publique, j’ai reçu de nombreux encouragements, mais aussi des témoignages d’interrogations. Pourquoi faire ce choix aujourd’hui ?

[Redirection vers le site www.ensemble-ups.fr]



Mentions légales

Flux RSS. Blog propulsé par Wordpress et Modern Clix, thème par Rodrigo Galindez.