En 2010, les salariés ont perçu en moyenne 19.505 euros de revenu salarial

Le revenu salarial moyen, c’est-à-dire le nombre d’heures rémunérées sur l’année,  pour l’ensemble de la population salariée s’établit à 19.505 euros en 2010, révèle l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) dans l’édition 2012 de France, portrait social. Il a atteint 19.075 euros dans le secteur privé et les entreprises publiques contre 21.210 euros dans la fonction publique. Cet écart ne doit rien au salaire horaire et tout à une durée d’emploi sur l’année supérieure de 12% dans la fonction publique.

Cette moyenne des salaires nets perçus sur l’année recouvre des situations très hétérogènes. Ainsi, le quart des salariés les moins payés, dont la durée d’emploi en équivalent temps plein (EQTP) est de seulement un trimestre sur l’année, a perçu 3.860 euros par an et les 25% des mieux payés 39.290 euros.

Les salariés du dernier centile de la distribution (les 1% de revenus salariaux les plus élevés) ont perçu en moyenne 132.707 euros, soit 7,6 fois plus que le revenu salarial médian qui est de 17.520 euros. Cette population est masculine à 84% et composée à 88% de salariés du privé. Les écarts de revenu salarial entre les 1% de salariés les mieux rémunérés et les autres se sont globalement accrus.

Entre 1995 et 2010, le revenu salarial moyen a augmenté de + 0,7% en moyenne par an en euros constants malgré un ralentissement à partir de 2007. Cette hausse résulte  d’une légère augmentation du salaire journalier (+ 0,51% en moyenne annuelle en euros constants) et d’un allongement de la durée d’emploi en jours EQTP dans l’année ( +0,18% en moyenne annuelle, soit au total + 7,5 jours EQTP).

Sur la période 1995-2010, le revenu salarial moyen dans le premier quart ayant augmenté plus vite que celui des autres quarts, les disparités de revenu salarial ont légèrement diminué alors qu’elles avaient augmenté de la fin des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990. Ce mouvement, lié à une diminution de 13% des disparités de durée d’emploi en EQTP, s’est toutefois interrompu depuis 2007 et la crise, marquée par une recrudescence des « très petits temps partiels ».

Le revenu salarial des hommes stagne depuis 2007 alors que celui des femmes continue à progresser, ramenant l’écart à 24%. L’Insee observe que, du fait d’un salaire horaire plus bas et d’une moindre durée d’emploi sur l’année le revenu salarial des jeunes est faible et il le reste, quand on y intègre les allocations chômage. Enfin, les ouvriers ont en moyenne un salaire horaire plus élevé et une durée d’emploi sur l’année plus longue que les employés.