Articles de la catégorie Non classé

A quoi sert le sexe ?

 

ob_d738ef_images

L’atelier des idées des éditions Belin collationne des réflexions nécessaires à notre compréhension du monde. C’est Anna Alter qui a recueilli les réponses de trois grands experts à cette question : A quoi sert le sexe ? Mireille Bonierbale est psychiatre et sexologue, directrice des enseignements de sexologie à l’université d’Aix Marseille, elle est l’une des fondatrices de la sexologie en France ; Michel Bozon est sociologue, il a notamment dirigé avec Nathalie Bajos la grande enquête sur La Sexualité des français parue en 2008 aux éditions La Découverte ; Pierre Henri Gouyon est biologiste, il réfléchit plus particulièrement sur la grande aventure de l’évolution animale et en particulier de la sexualité.

A quoi sert donc le sexe ? Cette drôle de question, d’ordinaire ne se pose pas. « Elle n’effleure même pas l’esprit quand les corps se frottent, se caressent et s’emboîtent. Est-ce qu’on s’interroge sur l’utilité du nez au milieu de la figure ? » Cela paraît tellement naturel qu’il n’y a pas utilité à y répondre, se dit-on.

C’est avant tout un apprentissage

Or l’on apprend que le sexe est fondamentalement appris, au plan de ses comportements, et construit par la culture et la société. C’est ainsi que la sexualité d’aujourd’hui n’est plus celle d’hier en raison des références qui construisent notre monde de l’intime. « Le sexe n’est pas naturel, cela s’apprend. Souvenez-vous de l’histoire de Victor de l’Aveyron, un « enfant sauvage » qui fascina les hommes des Lumières à la fin du XVIIIe siècle… découvert à l’âge de onze ans, après avoir grandi dans les forêts de l’Aveyron sans jamais de contact avec la société des hommes… il ne réussit jamais à apprendre à parler… on peut faire l’hypothèse que, n’ayant pas eu de liens avec d’autres humains, n’ayant pas connu de socialisation au contact de ses semblables, Victor ne savait rien faire sur le plan sexuel » « L’être humain doit nécessairement apprendre culturellement ce qu’il a à faire sexuellement. »

De l’animal à l’humain

Mais à quoi sert donc le sexe pour l‘espèce et pour l’évolution ? En réalité, sexe et reproduction ne sont pas obligatoirement liés. « Pour fabriquer des descendants, les bactéries se scindent en deux cellules-filles qui sont des clones exacts de leur « mère »… » La vie peut également se reproduire sans mâle, comme dans le cas des lézards fouette-queue du désert du Sonora de l’Arizona, les femelles s’accouplant entre elles pour ovuler. Elles déclenchent leur ovulation à la suite de parades nuptiales entre elles, « les unes faisant le mâle, les autres restant elles-mêmes, et ce à tour de rôle. Ensuite, chacune va pondre ses œufs dans un coin. » La vie sexuelle animale est très complexe et variée, sexualité et fécondité n’étant pas toujours intimement liées. Dans l’humanité, par contre, ces deux dimensions vont progressivement devenir autonomes pour constituer la sexualité qui est la nôtre aujourd’hui.

Chez l’humain actuel, la sexualité des femmes et celles des hommes sont assez fondamentalement différentes. Désir, plaisir, soupirs… résonnent sur des tempos distincts. « La sexualité fait partie des grands équilibres de notre vie. Elle permet de se sentir bien dans son corps et dans son cœur. Mais les réponses sexuelles des femmes ne sont pas équivalentes à celles des hommes qui n’ont ni les mêmes rythmes ni les mêmes fantasmes… La sexualité féminine est une sexualité prioritairement ressentie, la sexualité masculine une sexualité essentiellement agie. »

Riche de ces trois expériences très complémentaires, ce livre répond en profondeur aux questions que nous nous posons tous sur le sexe, l’amour, la relation entre humains.

A quoi sert le sexe ? de Mireille Bonierbale, Michel Bozon et Pierre Henri Gouyon, Belin, 2015.

A quoi

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir… »

©TaTa Top

©TaTa Top

Un peu trop prompts à censurer les images ou à clôturer des comptes pour cause de nudité, les réseaux sociaux vont devoir faire face à la riposte de la jeune société américaine TaTa Top.

Cette dernière a en effet lancé un haut de bikini imitant à la perfection les seins… De quoi forcer Instagram et Facebook à y regarder de plus près avant de retirer un cliché. Un pied de nez qui risque de faire le buzz… Un hashtag (mot-dièse) a déjà été créé pour l’occasion : #TheTaTaTop

A noter par ailleurs qu’une partie des sommes récoltées par la marque est reversée à la Fondation Lynn Sage pour la recherche contre le cancer.

Le site : http://www.thetatatop.com/

Nail art : Et la lumière fut…

On connaissait le nail art et ses créations colorées… On savait aussi les Japonaises friandes de décoration unguéal, allant jusqu’à dépenser l’équivalent de centaines d’euros pour des ornements…

AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO

AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO

A la fin du mois d’avril, elles pourront passer à l’étape supérieure. La firme de jouets nippone Takara Tomy commercialisera de nouveaux accessoires : des autocollants pour les ongles intégrant une diode électroluminescente (LED) qui réagit à certaines ondes radiofréquences. Par exemple, lorsque la personne utilise son smartphone, l’ongle s’illumine car il reçoit alors des signaux dits NFC (communication en champ proche) générés spécialement par une application.

AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO

AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO

On ignore pour l’heure si l’initiative rayonnera au-delà des frontières nationales…

#IdéeLumineuse

LOFT design by & Keziah Jones célèbrent les « citoyens du monde »

Capture d¹écran 2014-03-14 à 17.13.19

Trois pièces pour des citoyens du monde. Le fondateur de la marque de prêt-à-porter LOFT design by…, Patrick Frèche résumait ainsi, lundi 31 mars, les modèles de la collection capsule qu’il signe avec Keziah Jones.

Le tee-shirt, l’écharpe et le sweat à capuche mêlent deux nuances de gris — marque de fabrique de la griffe : « C’est une couleur facile à associer, souligne-t-il. Elle est raffinée, mais assez neutre pour ne pas altérer la personnalité de celui qui la porte. »

Ces vêtements basiques et fonctionnels ont séduit le chanteur nigérian : « Je voyage beaucoup, alors, même si j’aime la mode, je m’attache surtout à porter des choses pratiques et confortables. » Patrick Frèche explique lui avoir proposé plusieurs modèles avant d’arriver à cette triade : « Nous sommes tombés d’accords sur ces pièces passe-partout, qu’on emporte partout avec soi, tels des doudous. »

Engagement

Il s’agit de la première collection capsule lancée par le label LOFT design by… « Ce partenariat est né d’une rencontre, poursuit le fondateur de la griffe. J’ai rencontré Keziah par des amis communs et j’ai tout de suite été charmé par l’homme, par son talent et par son engagement. » Originaire d’Algérie, il est notamment séduit par le lien profond que le chanteur conserve avec son pays d’origine et le continent africain : « Il ne renie pas ses racines. Il a une croyance sans faille en l’avenir. »

Capture d¹écran 2014-03-14 à 17.12.38

« J’ai foi dans le développement du Nigeria, détaille ainsi Keziah Jones. A Lagos, la jeunesse bouillonne, fourmille d’idées. J’espère, à travers ma musique et mes éventuelles collaborations, être en mesure de montrer que l’on peut être profondément fier de sa culture tout en la mélangeant avec des influences extérieures. »

L’an dernier, il signait d’ailleurs une collection capsule avec la marque Faguo et HRM – designer chaussures basé à Lagos – à l’occasion de la sortie de son sixième album, Captain Rugged. Les pièces étaient réalisées à partir de tissus Ankara traditionnels, fabriqués au Nigeria.

Les détails sur www.loftdesignby.com

Sylvie Chayette et Aude Lasjaunias

Van Herpen met le futur à nos pieds

van_herpen

La créatrice néerlandaise Iris van Herpen signe une neuvième et nouvelle collaboration avec United Nude. La collection capsule baptisée « Biopiracy » propose une paire de bottes et de bottines aux lignes futuristes, en noir et nude uniquement.

Pour être montée sur ergots, et culminer à 18 centimètres sur cette plateforme profilée, compter au moins 750 euros pour la version, en édition limitée, bottines noires. Les autres modèles sont réalisés sur demande.

#Gravity

Moscou dystopique…

A model presents a creation by Russian designer Yulia Kosyak during the Contrfashion fashion show in Moscow on March 30, 2014. AFP PHOTO / YURI KADOBNOV

AFP PHOTO / YURI KADOBNOV

Un modèle de la designer Yulia Kosyak.

AFP PHOTO / YURI KADOBNOV

AFP PHOTO / YURI KADOBNOV

Un modèle de la designer Olga Plenkina.

Organisé au sein du calendrier de la Semaine de la mode de Moscou, le « Contrfashion fashion show » entend mettre à l’honneur une  liberté de création à travers l’exploration de contradictions sur les formes, les volumes, les texture…

Plus d’infos sur http://www.contrfashion.com/

Pékin régressif…

This picture taken on March 27, 2014 shows a model parading creations by designers participating "WSM China Knitwear Fashion Design Contest 2014" during the bi-annual China Fashion Week in Beijing. The biannual China Fashion Week is being held in Beijing from March 25 to 31. AFP PHOTO CHINA OUT

AFP PHOTO

AFP PHOTO

AFP PHOTO

AFP PHOTO

AFP PHOTO

Créations présentées dans ce cadre du concours « WSM China Knitwear Fashion Design » organisé lors de la Fashion Week de Pékin.

L’insolite des podiums

Un modèle aperçu le 26 mars sur les podiums de la Fashion Week de Pékin. Une création de la collection CRZ du designer Peng Che.

#Gravity

This photo taken on March 26, 2014 shows a model parading a creation from the "CRZ Collection" by designer Peng Che during the bi-annual China Fashion Week in Beijing.    CHINA OUT   AFP PHOTO

AFP PHOTO

L’accessoire du jour…

AFP/ PATRICIA DE MELO MOREIRA

L’accessoire du jour, plein de poésie, a été aperçu ce week-end sur le podium de la créatrice bosnienne Lidija Kolovrat lors de la présentation de sa collection automne-hiver 2014 dans le cadre de la Lisbonne Fashion Week.

#BasLesMasques

#PFW : les insolites des podiums

La Semaine de la mode parisienne ferme ses portes ce mercredi 5 mars, l’occasion de revenir en images sur quelques accessoires insolites aperçus sur les podiums au cours de ces neufs jours de présentation :

Le nail art réinterprété par Hussein Chalayan :

Paris Fashion Chalayan

AP/Zacharie Scheurer

Sur le podium comme à la maison chez Junko Shimada :

Paris Fashion Junko Shimada

AP/Michel Euler

Le bibi plumeau de Fatima Lopes :

-

AFP/ BERTRAND GUAY

Chanel donne dans la grande distribution… Sac garanti 100 % cuir d’agneau :

Paris Fashion Chanel

AP/Jacques Brinon

On garde le silence chez Masha Ma :

-
AFP / MIGUEL MEDINA


Mentions légales

Flux RSS. Blog propulsé par Wordpress et Modern Clix, thème par Rodrigo Galindez.