Articles de la catégorie sexe

Le sexe des aventuriers

capture-decran-2016-11-07-a-12-14-50

En grand défenseur des droits sexuels qu’il a toujours été, Emmanuel Pierrat plante aujourd’hui sa plume acérée dans l’océan intime des héros d’aventure.  Il vient de publier La Vie sexuelle des aventuriers aux éditions du Trésor*. « A vie d’exception, sexe exceptionnel », se plaît-il à commenter. Son érudition et son goût de la chose cachée nous révèlent des secrets très bien gardés. À l’exception de Robinson Crusoé dont Humphrey Richardson nous avait révélé la vie intime**, Pierrat nous trace un chemin délicieux entre intimité, séduction, possession, perversion…  dans la vie intime des personnages les plus inattendus de notre imaginaire déjà bien pourvu. De James Bond à Barberousse, d’Ulysse à Corto Maltese, les cachotteries intimistes vont bon train : «  D’un bond elle fut tout prés de Red Sister ( George Crusoé, la sœur méconnue de Robinson) et au moyen d’une canne à pommeau d’argent dont elle ne se séparait jamais (ornée, lit-on, « de bêtes imaginaires tenant de la blatte et du bourdon réunis »), elle entrouvrit davantage la chemise pour découvrir le second sein, lequel, saisi d’anxiété, était d’une incroyable fermeté – une nectarine taillée dans le silex (…) Elle avait faim ; elle avait soif ; elle voulait survivre. Donc elle ne bougea pas quand Fräulein glissa sa canne dans l’entrejambe, comme pour vérifier qu’un sexe d’homme ne s’y dissimulait pas malgré tout. »

La vie sexuelle des aventuriers

Pierrat a un beau sens de la formule,  lorsqu’il évoque la « libido des naufrages » ; surgissent  à nos yeux des scènes monstrueuses, des ébats nautiques, des pulsions carnivores… Il nous révèle la face cachée de l’histoire aventurière, le voyage d’Ulysse que ni Joyce ni Homère n’avaient osé nous confier avec tant de détails. Pourquoi le discours officiel nous cache-t-il ces secrets intimes qui permettraient de mieux comprendre les personnages aseptisés de nos livres d’histoire ?  Qui donc nous parle du châtiment de Barberousse, grand amiral de la flotte ottomane, après l’échec cuisant de sa tentative d’enlèvement de la belle Giulia Gonzagua ? Qui nous conte les exploits intimes et les cachoteries égrillardes de James Bond ? L’histoire vraie d’Ulysse avec les sirènes ? L’ultime « travail » d’Héraclès ? Et les penchants intimes de Corto Maltese ?

Mêlant récit historique, biographique à la pure fiction, Emmanuel Pierrat ouvre l’éventail de nos fantasmes aventuriers.

 

capture-decran-2016-11-07-a-12-16-10

* Pierrat E., La Vie sexuelle des aventuriers, Édition du Trésor, 2016. ** Richardson H., La Vie sexuelle de Robinson Crusoé, Cercle du livre précieux, 1963.

Une chatte par jour !

chatte-2

C’est à croire que le sexe faible n’est pas celui qu’on croit. Pendant des siècles l’interdit fut celui de la représentation du pénis en érection, combien de statues de marbre arborent un pénis bien-pensant libre de toute excitation mais jamais de membre dressé, fier de sa virilité.

Sexe féminin

Il en allait de même pour le corps sublimé des madones dont on ne voyait rien. La Vénus d’Urbino de Titien soutient la convoitise des regards qui la parcourent car « aucun sexe » n’est visible. Le grand médecin François-Xavier Bichat ne faisait-il ce commentaire en parlant du corps de la femme : « La femme, debout, on ne voit rien ! »

La réalité du sexe de la femme est dans son intérieur, dans les replis subtils de la fleur vulvaire dont on ne dit jamais la réalité anatomique, dont on ne montre à quiconque les détails sinon dans l’intimité, au point où l’on ne trouve aucune représentation iconique de sa subtilité. Très récemment (2012) Jamie McCartney a réalisé son Great Wall of Vagina par accumulation du moulage des vulves de 400 volontaires, révélant ainsi la multiplicité des formes et de l’élégance vulvaire. On peut encore mentionner le collectif Vagina Guérilla qui se bat pour la représentation des vulves.

chatte-1

Pussinktober

Tout le mois d’octobre, sur le net, est consacré pour de nombreux dessinateurs anglo-saxons à la réalisation d’un dessin à l’encre (ink) par jour, c’est le Inktober. Désirant manifester sa révolte contre l’ostracisme qui touche la représentation du sexe féminin (pussy), Laetitia Coryn* s’est assignée la tâche, tout au long de ce mois d’octobre, de dessiner une « chatte » par jour, mois qu’elle a ainsi appelé le Pussinktober ! Je vous en propose une courte sélection. Rien ne vous empêche de liker ses chattes sur le mur de son site Facebook En cliquant sur ce lien : https://www.facebook.com/profile.php?id=100010677726041&fref=nf

 

capture-decran-2016-11-07-a-10-50-36

*Laetitia Coryn est auteure de B.D. Parmi ces albums publiés : Le Monde merveilleux des Vieux (Drugstore 2009), Fenêtre sur cour d’école (Dargaud, 2014) et avec Philippe Brenot Sex Story, première histoire de la sexualité en bande dessinée (Les Arènes B.D., 2016)

 



Mentions légales

Flux RSS. Blog propulsé par Wordpress et Modern Clix, thème par Rodrigo Galindez.