Emplois d’avenir professeurs : vers le redressement éducatif et scientifique

Depuis plusieurs années, l’idée de mettre en place des contrats pour des étudiants s’engageant vers les métiers de l’enseignement a acquis un soutien très large. Son introduction dans le projet des socialistes et du candidat François Hollande fut accueillie avec enthousiasme. Aujourd’hui, l’idée est en passe de devenir réalité renforcera la qualité de l’enseignement, mais également le développement scientifique.

 

Le premier enjeu de ces emplois d’avenir professeurs est d’attirer des jeunes vers les métiers de l’enseignement, et de créer un ascenseur social. La situation actuelle est dramatique. La droite a détruit la formation pédagogique des enseignants (un des chantiers de Vincent Peillon et Geneviève Fioraso est de réformer la formation des maîtres), rendant les conditions d’exercice du métier d’enseignant plus difficile encore. Et en mettant en place la « mastérisation », la durée d’études sans salaires s’est encore accrue, ce qui constitue un frein supplémentaire pour les étudiants de milieux défavorisés. Les emplois d’avenir renverseront la donne : en permettant aux étudiants boursiers d’avoir un complément de revenus, ils auront un effet attractif, permettront à des étudiants dont le niveau leur permet d’envisager de devenir professeurs d’accéder à leur ambition sans frein financier.

Le second enjeu est de pointer les disciplines dans lesquelles il y a une forte désaffection. C’est particulièrement le cas dans les sciences fondamentales, où le nombre de candidats est aujourd’hui extrêmement faible. Si nous voulons avoir demain de bons enseignants devant nos enfants, il faut dès aujourd’hui s’attaquer à ce fléau. Les emplois d’avenir professeurs sont un outil très attendu pour redonner de l’attractivité à ces filières délaissées.

 

Le gouvernement a fait sa part du travail en créant les emplois d’avenir professeurs, il revient maintenant aux universités de s’en saisir pour mettre en oeuvre le redressement éducatif et scientifique.