Le manifeste : L’avenir de l’Europe passe par la Recherche et l’Enseignement supérieur

Nous avons rédigé un manifeste sur l’Europe et l’enseignement supérieur, il est diponible, ainsi que sa liste de signataires (dont notamment Martine Aubry et Poul Nyoup Rasmussen) sur le site internet du Parti Socialiste.

Le savoir doit être remis au coeur de l’Europe. La recherche et l’enseignement supérieur sont les fers de lance de cette reconquête.

Si la recherche doit continuer à dynamiser nos économies par les innovations qu’elle engendre, si l’enseignement supérieur doit y contribuer par les formations et les qualifications qu’il offre, leurs missions ne peuvent se réduire à ces seuls objectifs économiques. L’Europe que nous voulons doit réaffirmer avec force que la science est émancipatrice et permet à chacun d’analyser, de comprendre et de s’adapter librement au monde complexe et en perpétuelle mutation qui l’entoure.

La politique européenne, et en particulier le processus de Lisbonne, n’ont pas pris cette direction. Cette politique s’est focalisée sur l’innovation et insuffisamment sur la recherche fondamentale. Elle n’a conduit ni à un investissement suffisant à l’échelle européenne, ni à un engagement plus fort des Etats. Elle n’a pas non plus assuré les conditions de la mobilité souhaitée des étudiants et des chercheurs à l’échelle des individus.

La crise que nous vivons est économique, environnementale et sociétale. Elle impose à l’Europe un effort beaucoup plus résolu. En signant ce manifeste, nous prenons un engagement solennel. Chacun dans notre rôle : élus européens, responsables institutionnels, universitaires et chercheurs, citoyens des 27 pays de l’Union européenne, nous agirons dans les semaines et mois qui viennent pour mettre en oeuvre une nouvelle politique de la Recherche et de l’Enseignement supérieur.

Quatre principes guideront notre action :
- Une Europe construite sur la coopération des universités et des laboratoires de recherche, et non sur leur mise en concurrence systématique ;
- Une Europe garantissant la liberté d’initiative scientifique, l’indépendance à l’égard de tous
les pouvoirs, la liberté de recherche, d’enseignement et de formation ;
- Une Europe permettant à ses citoyens de comprendre et de participer à la définition des grandes orientations scientifiques et technologiques qui engagent notre avenir commun ;
- Une Europe aux engagements durables, assurant la pérennité des collaborations et des projets.

Le Parlement européen devra s’approprier pleinement cette politique ambitieuse et en fixer les objectifs. Ils seront ensuite mis en place avec les institutions nationales, dans le cadre de nouveaux contrats entre celles-ci et la Commission européenne.
Le budget de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, cet investissement pour l’avenir commun, doit devenir une vraie priorité communautaire. Le financement dédié à ce secteur doit être considérablement augmenté et ne plus être laissé à la libre appréciation de chaque Etat.

La mise en concurrence des scientifiques a favorisé la multiplication de projets parfois redondants. L’élaboration des appels à projets et l’évaluation opaque des activités scientifiques ont produit une bureaucratisation étouffante. Une nouvelle politique incitative forte devra être menée pour simplifier le système et favoriser la coopération directe entre établissements de plusieurs pays, éventuellement regroupés dans des pôles territoriaux.

Les moyens financiers indispensables à une véritable mobilité des chercheurs et des étudiants devront être dégagés. Chaque chercheur pourra tous les 6 ans passer au moins un semestre dans un laboratoire européen. Le nombre de bourses Erasmus et Marie Curie sera doublé. Tout doctorant pourra passer au moins trois mois dans une institution d’un autre pays.
L’Europe d’aujourd’hui a besoin de 700 000 chercheurs supplémentaires. Des incitations seront créées pour augmenter le nombre de docteurs et améliorer leurs débouchés dans le secteur privé comme dans le secteur public.

Notre avenir commun dépend des orientations scientifiques que nous choisirons. Le Parlement européen devra se saisir de ces débats et créer les structures démocratiques permettant aux citoyens de s’y engager.
L’Europe est à la croisée des chemins. Soit elle se recroqueville et s’enferme dans une politique qui la fragilise, soit elle a confiance en elle-même et prend une nouvelle direction. Nous nous engageons résolument dans la deuxième voie.
Nous construirons l’Europe du savoir, alors que les droites européennes, qu’elles soient libérales ou démocrate-chrétiennes, ont un bilan désastreux dans ce domaine comme dans d’autres. Cet engagement n’est pas de circonstance : nous agirons dès demain dans les directions présentées dans ce manifeste, et rendrons compte de notre action dans un an. Un an pour changer de politique, un an pour donner un futur à l’Europe.

[[petition-1]]



Mentions légales

Flux RSS. Blog propulsé par Wordpress et Modern Clix, thème par Rodrigo Galindez.